You are here

Influencing policy and practice, one dialogue, one poster, one engagement, one step at a time: More experiences from KTNET Africa.

Influencer les politiques et les pratiques : un dialogue, un poster, un engagement, une étape à la fois…

Les expériences de KTNET Africa

Par Angela Kisakye

Pendant les trois dernières années, l’équipe de KTNET Africa a travaillé avec les chercheurs provenant de 8 pays africains pour rassembler les chercheurs, les décideurs politiques ainsi que les acteurs clés. Cela a été réalisé grâce à de multiples activités de transfert de connaissances; soutenir l’organisation d’ateliers de dissémination et travailler avec les chercheurs afin de créer différents produits de TC adaptés aux différents publics cibles. Ces activités ont connu des niveaux de succès variés à travers les différents pays. KTNET Africa est présentement entrain de soutenir un autre groupe composé de 4 coalitions de chercheurs faisant partie du programme GHPHSR (Global Health Policy and Health Systems Research), qui avait lancé un appel pour entreprendre et mener à bien des activités de TC qui sont primordiales pour permettre une utilisation des données de recherche. 

Le Rwanda est l’un des rares pays africains a travaillé vers l’élimination du paludisme. Les données de recherche concernant l’élimination du paludisme sont également valorisées par les décideurs politiques rwandais. En janvier 2017, le projet visant à éliminer le paludisme à Ruhuha au Rwanda (MEPR) va mener un dialogue politique. L’objectif de ce dialogue sera d’influencer les décideurs à revoir leur politique antipaludique en ce qui concerne les groupes vulnérables en raison du faible usage des moustiquaires imprégnées à longue durée d'action (MILDA) et également de proposer des interventions sur mesurer pour obtenir des résultats optimaux.

La mortalité maternelle du Burundi s’élève à 712 pour 100 000 naissances vivantes et le taux de fertilité est de 6.4 naissances par femme en âge de procréer. AU Burundi, des partenaires dont leur recherche est axée sur a santé maternelle ont reconnu la valeur de la participation des acteurs clés dans la planification familiale dans le but d’harmoniser les messages de planification familiale. Le dialogue politique favorisera donc la collaboration entre les différentes parties prenantes impliquées dans la planification familiale afin de mettre fin aux messages contradictoires et négatifs diffusés au sujet de la planification familiales et donc, accroitre l’adoption des méthodes de planification familiale.

En RDC, la mortalité maternelle s’élève à 730 décès pour 100 000 naissances vivantes. Les chercheurs qui travaillent sur la responsabilité sociale pour une meilleure santé maternelle ont été soutenus pour engager avec les responsables du Ministère de la Santé en charge des systèmes d’information de santé et ceux en charge de la participation communautaires ainsi que les acteurs au niveau national pour discuter de la meilleure façon d’impliquer la population dans la responsabilité sociale afin d’améliorer les relations entre les clients et le personnel de santé et par conséquent, améliorer les soins de santé maternels. En plus du dialogue politique, les chercheurs de la RDC travaillent à partager leurs recherches dans un format adapté pour les agents de santé de première ligne.

Au Sénégal, en dépit des infrastructures de laboratoires et des technologies disponibles, moins d’un tiers des femmes enceintes reçoivent le paquet de tests de soins prénatals et seulement 20% des pathologies détectées sont prises en charge adéquatement. Il y a plusieurs obstacles à l’utilisation des tests de dépistage prénatals dont les directives nationales peu claires et la méconnaissance du personnel de santé, le mauvais choix des technologies pour les tests, les prix des tests élevés, les services de santé mal organisés et le manque de soutien programmatique. Aussi, les sages-femmes demandent rarement que les femmes reçoivent (tous) les tests de dépistages prénatals. Les chercheurs ont travaillé avec le département de l'information de leur ministère de la Santé, la Direction des Laboratoires du Sénégal, la Fondation Mérieux et KTNET Africa pour élaborer des recommandations pour le personnel des laboratoires et les sages-femmes sous formes d’affiches (Posters from Socialab Senegal | Knowledge Translation Network (KTNet) Africa). Les affiches ont été imprimées et seront distribuées dans les établissements de santé intermédiaires au Sénégal (environ 100 établissements) pour s’assurer que les sages-femmes et le personnel de laboratoire savent comment améliorer l’accès aux tests maternels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, des chercheurs du projet COHEiSION au Ghana, qui ont déjà impliqué des décideurs de haut niveau, bénéficieront d’un appui pour sensibiliser les acteurs au niveau des districts ainsi que le grand public à l’importance de l’assurance-maladie pour permettre l’accès financier aux soins de santé, en particulier pour les pauvres et les groupes vulnérables de la société. On s’attend également à ce que pendant la réunion, les communautés reçoivent une rétroaction sur leur rôle dans l’évaluation des soins de santé afin d’en assurer la qualité. Ce sera également l’occasion pour toutes les parties prenantes au niveau des districts de discuter et de s’engager tous ensemble sur la voie à suivre afin d’atteindre un système d’assurance maladie centrée sur le client au Ghana.

L’objectif d’influencer les politiques et les pratiques représente un défi de taille, mais ce n’est pas impossible. Évidemment, le changement ne peut pas se produire en une journée. Les décideurs et les chercheurs sont occupés, mais ils ont tous besoin d’identifier des plateformes communes et durables pour s’impliquer ensemble. Il faut donc créer des partenariats et s'engager au-delà d'une simple dissémination. Il faut aussi que les données de recherche soient adaptées en différents formats pour qu’elles soient accessibles et utiles aux principaux acteurs ciblés.  Il faut que les recherches soient partagées à tous les niveaux d’influence et donc cela nécessite des chercheurs engagés ou des intermédiaires efficaces, que ce soient les médias de masse ou des institutions de communication de recherches présent dans le pays (comme au Sénégal ou en RDC). Il faut que cet engagement soit basé sur des objectifs précis. Finalement, il faut changer les mentalités selon lesquelles « ma recherche ne peut pas influencer les politiques et les pratiques » pour une attitude différente : « Et si mes recherches pouvaient influencer la politique et la pratique, que devrais-je faire ? ». Nos partenaires possèdent cette dernière mentalité. Ils démontrent qu'ils sont prêts à s'engager et les parties prenantes dans leur pays y répondent positivement.

Par ailleurs, L’Organisation néerlandaise de la recherche scientifique (NWO/WOTRO) a publié son livre sur l’impact et les leçons tirées de la mise en œuvre du programme GHPHSR (Global Health Policy and Health Systems Research) dans les pays à faible et moyen revenu. Ce livre met également en lumière les expériences de KTNET AFrica et ce qu’il faut pour soutenir l’application des connaissances, pour construire des réseaux et maintenir des collaborations.

Quelques lectures intéressantes pour les gestionnaires de la santé et les décideurs

L’article de Kisakye et collègues, «Regulatory mechanisms for absenteeism in the health sector: a systematic review of strategies and their implementation», permet d’identifier les mécanismes réglementaires visant à atténuer l'absentéisme des travailleurs de la santé, à décrire où et comment ces mécanismes ont été mis en œuvre ainsi que leurs effets possibles. L'objectif était de proposer des options politiques possibles pour gérer le problème de l'absentéisme chez les travailleurs de la santé dans les pays à faible et moyen revenu.

Voici le lien pour la publication : https://www.dovepress.com/articles.php?article_id=29913

Un nouveau livre sur la maltraitance des enfants en Ouganda

Finalement, j’aimerais attirer votre attention sur un nouveau livre qui paraitra chez Springer Science. Voici le lien pour accéder aux informations sur ce volume sur la maltraitance des enfants en Ouganda : http://ktnetafrica.net/sites/default/files/Child%20Abuse.pdf. Le livre sera disponible en janvier 2017. Ce volume sera particulièrement utile à utiliser comme ressource pédagogique puisqu’ils proposent plusieurs exemples ainsi que comme outils de données probantes pour guider les politiques et les pratiques. Il est à noter que notre cher Dr. David Mafigiri, chercheur principal du projet COHERE en Ouganda est l’un des éditeurs de ce livre !
Pour en savoir plus sur les possibilités de financement disponibles pour les chercheurs : http://ktnetafrica.net/resources/open-funding-opportunities
Souhaitez-vous contribuer au blog de KT NET? Si oui, veuillez envoyer un courriel à Angela Kisakye à l’adresse akisakye@musph.ac.ug. Les blogs doivent être d’une longueur maximum de 700 mots et doivent inclure une image ou une photo appropriée. 
Je vous souhaite un agréable week-end !

Follow us